Musique et solfège, critique d'une aberration absolue

 

 Je trouve stupide, aberrant et tout à fait inutile d'infliger  aux enfants une, deux ou trois années de solfège avant de pouvoir enfin toucher et pratiquer un instrument de musique.
 De la même façon que l'on apprend à lire et à écrire en même temps, on étudie la musique et le solfège en même temps.
Ce genre de méthodes a existé et n'est pratiquement plus en usage grâce à des enseignants professionnels qui ont oeuvré dans ce sens.
Quoique j'en ai eu vent il y a un certain nombre d'années.
J'ai vécu cette époque, ainsi que bon nombre de mes amis.
Beaucoup d'élèves, jeunes enfants ou adolescents, ont abandonné la musique avant même d'avoir pu toucher un instrument de musique. Passionnés la première année, ils ont été découragés la seconde année et ont renoncé, et ce à cause du solfège.
 Beaucoup de grands musiciens on joué pendant des années avant, pour certains, de se décider à étudier le solfège.
 Django Reinhardt, quant à lui, n'a jamais su lire ni écrire une note de musique : ça n'a pas empêché un résultat fabuleux !
Il est absolument vital de pratiquer l'instrument et le solfège en même temps, et non pas en deux cours séparés.
Le solfège est un langage qui ne sert à rien en lui-même. Il est impératif de pratiquer l'instrument et le solfège pendant le même cours.
De la même façon, on apprend à lire et à écrire en même temps ; on apprend une langue étrangère en la parlant, en l'écrivant et en étudiant la grammaire, et ce en même temps.
 Pour ma part, j'enseigne l'instrument et le solfège en même temps. Je ne fais jamais de cours bruts de solfège. Le jour où l'élève en ressentira le besoin, il fera le chemin de sa propre initiative. Et il trouvera.
De plus, j'insiste aussi beaucoup sur la pratique vitale de l'improvisation : pas de texte, pas de souci, on joue sans risque de se tromper !
 J'ai de très bons résultats.

 

 Musicalement vôtre,

Stanislas Boulbik